Un blog pour se balader

Expériences

Participer à une simulation d’attaque aérienne

En mars dernier, la Russie a simulé l’attaque de bases aériennes suédoises. Aujourd’hui, le gouvernement suédois se montre plus ferme dans la négociation du contrat Gripen avec la Suisse et exige un acompte de 1 milliard, soit plus de 40% du prix total. Ces deux événements qui semblent sans rapport l’un avec l’autre sont néanmoins reliés par un fil très concret. L’année dernière, l’achat des 22 Gripen par la Suisse a le plus souvent été présenté comme la dernière chance de l’avion de combat du constructeur suédois Saab. Car le gouvernement suédois hésitait à poursuivre cette aventure industrielle en solo et avait conditionné son soutien à Saab à la conclusion d’un accord avec un partenaire fort. La Suisse était cette bouée de sauvetage pour Saab. Dans ce contexte, la Suède n’avait pas hésité à proposer un prix fixe de 2,5 milliards pour 22 avions. Tandis qu’elle s’engageait, elle, à acquérir 60 exemplaires pour un montant nettement supérieur: autour de 15 milliards de francs suisses. Cette dernière itération embarque le modèle CG03, une caméra de 193 grammes qui dispose d’un mécanisme de stabilisation bruhless sur trois axes. Grâce à sa nacelle et à son poids, la stabilisation de l’image est excellente, et ce même face au vent. La caméra filme en 4K et 2,7K à 30 fps, et jusqu’à 120 fps en 1080p et 720p, de quoi faire de beaux plans en slow-motion. La caméra est pilotable depuis la radiocommande ST10 avec réception en temps réel de la vidéo. On peut aisément positionner la caméra à l’horizontale, à la verticale, où à n’importe quel angle de manière fluide. Une caméra qui dispose d’une portée estimée à environ 300 mètres par le constructeur. Côté image, les couleurs restent assez correctes, malgré certaines fois où l’image tend vers le mauve ou le vert. Autre bémol, les photos peuvent souffrir d’aberrations prononcées sur les bords (des lignes bleues parasites et du flou).  C’est donc pour cette raison que le groupe AVIC présente toujours officiellement son avion sous l’appellation (Falcon), ou sous la référence FC-31, mais jamais le « J-31 ». Le FC-xx est donc la référence interne du groupe AVIC, pas de l’armée. Un exemple concret, le FC-1 de Chengdu qui est dédié à l’export, il n’est jamais appelé le « J-1 ». Et quant bien même que le projet FC-31 soit officialisé un jour par l’armée chinoise, sa référence serait plutôt le J-2x que J-3x. Donc si la rumeur dit qu’il n’y aura plus de « J-31 » mais seulement de FC-31, cela revient à dire que l’armée chinoise a décidé de passer outre de cet avions. Pour fermer cette petite parenthèse – Il faut se rappeler toujours que parfois il y a seulement un ou deux lettres qui change mais la signification n’est absolument plus la même. Les besoins de l’armée de l’air et la marine chinoise ? De la même manière, un bon client achète un produit parce que ce dernier répond à ses besoins, et surtout pas parce que le produit a quelques gadgets sympathiques et a une belle allure (bon, pour ce dernier point…).  Pendant que les essais comparatifs avec le YF-17 se déroulaient, le programme fut renommé ACF (Air Combat Fighter, en français : chasseur de combat aérien). L’US Air Force envisageait officiellement l’achat d’au moins 650 exemplaires, voire le double. Ceci donnait un signal clair de l’engagement américain aux autres pays intéressés par l’avion. En effet, plusieurs pays de l’OTAN cherchaient alors un remplaçant à leur F-104 Starfighter. Début 1975, l’US Air Force annonça officiellement qu’elle avait retenu le YF-16. Quinze avions de présérie étaient commandés et une proposition commerciale fut envoyée aux pays de l’OTAN regroupés dans le Multinational Fighter Program Group (en français : groupe du programme de chasseur multinational). Mi-1975, la Belgique, le Danemark, les Pays-Bas et la Norvège annoncèrent à leur tour avoir retenu le YF-16 (celui-ci était en compétition avec le YF-17, le Mirage F-1E et le Saab JA-37). ] et au Pays-Bas par Fokker à côté de l’aéroport d’Amsterdam-Schiphol. Un avion de chasse (aussi appelé chasseur) est un avion militaire conçu pour intercepter les avions adverses et ainsi assurer la maîtrise du ciel. Il peut par exemple s’agir de détruire des bombardiers ennemis afin de les empêcher d’atteindre leurs cibles, ou d’éliminer du ciel les chasseurs de l’adversaire pour protéger ses propres avions d’attaque. Les avions de chasse apparaissent lors de la Première Guerre mondiale afin d’attaquer les avions et ballons de reconnaissance ennemis, puis les premiers bombardiers. La reconnaissance aérienne prend en effet dès le début du conflit une importance majeure dans la conduite des opérations, permettant pour la première fois l’observation directe des fortifications, dépôts et mouvements de troupe ennemis, et le réglage des tirs d’artillerie. Les appareils qui mènent ces missions deviennent donc des cibles prioritaires. Vous trouverez des milliers de dessins de Transport à colorier et à imprimer. Si vous cherchez un coloriage de Avion De Chasse ou autre que ceux de la catégorie Transport, choisissez alors l’une des catégories disponible sur notre site. Source : vol en avion de chasse

Comments are disabled.